September 20, 2021
11 11 11 AM
L’adolescent namibien Mboma fait ses débuts en Diamond League
ABBA annonce son retour après des décennies d’écart
Al-Sisi invite Bennett au Caire après une médiation sur Gaza
respecter les commandements non par peur, mais pour rencontrer Jésus
Quatre dirigeants étudiants de Hong Kong arrêtés pour avoir « prôné » le terrorisme
Tchétchènes et talibans, le nouvel équilibre post-Kaboul
Taïwan ne s’effondrerait pas comme l’Afghanistan, selon le Premier ministre Su Tseng-Chang
La technologie et l’innovation sont les piliers du directeur financier en transformation
Facebook avertit désormais si un ami se transforme en extrémiste
Ayuso s’étend à 56 autres secteurs pour fournir une aide directe aux entreprises
Latest Post
L’adolescent namibien Mboma fait ses débuts en Diamond League ABBA annonce son retour après des décennies d’écart Al-Sisi invite Bennett au Caire après une médiation sur Gaza respecter les commandements non par peur, mais pour rencontrer Jésus Quatre dirigeants étudiants de Hong Kong arrêtés pour avoir « prôné » le terrorisme Tchétchènes et talibans, le nouvel équilibre post-Kaboul Taïwan ne s’effondrerait pas comme l’Afghanistan, selon le Premier ministre Su Tseng-Chang La technologie et l’innovation sont les piliers du directeur financier en transformation Facebook avertit désormais si un ami se transforme en extrémiste Ayuso s’étend à 56 autres secteurs pour fournir une aide directe aux entreprises

Telefónica réduit encore 400 millions de dettes

Telefónica continue de réduire sa dette. L’opérateur a annoncé ce vendredi avoir conclu la vente à KKR Alameda Aggregator de 60% des actions de sa division infrastructure au Chili (appelée InfraCo). Une opération qui a été annoncée en février et avec laquelle le groupe de télécommunications réduit sa dette financière nette d'”environ” 400 millions d’euros, comme l’a indiqué la Commission nationale des marchés financiers (CNMV).

L’opération valorise InfraCo, “implicitement”, à 1 milliard de dollars (“environ” 800 millions d’euros au taux de change actuel), a également indiqué Telefónica au superviseur de la bourse espagnole.

Ces chiffres, a-t-il ajouté, représentent un multiple de l’OIBDA 2020 (résultat opérationnel avant amortissements) de 18,4 fois.

Telefónica a créé InfraCo, la division infrastructure de sa filiale chilienne (Telefónica Chile), en février de l’année dernière, c’est-à-dire il y a un peu plus d’un an. Cependant, la cession d’une grande partie de son capital s’inscrit dans la stratégie actuelle de l’opérateur.

Et cela inclut, “entre autres objectifs, une politique de gestion active du portefeuille de ses activités et actifs, fondée sur la création de valeur et accélérant, en même temps, la réduction de la dette organique”, comme l’a rappelé la CNMV.

9,3 billions de dettes en moins
En ce sens, Telefónica a réduit sa dette nette au cours du mois dernier de 9,3 milliards d’euros. Outre les 400 millions de moins communiqués aujourd’hui, elle a annoncé le 3 juin que sa dette avait diminué de 500 millions lors de la clôture de la vente à American Tower (ATC) de la division tours de télécommunications de sa filiale Telxius située en Amérique latine (Brésil, Pérou, Chili et Argentine).

Deux jours plus tôt, le « téléco » présidé par José María Álvarez-Pallete avait déclaré que 3,4 milliards d’euros supplémentaires de dette étaient « actualisés » avec la vente des tours Telxius en Europe à ATC.

Le même 1er juin, Telefónica a également annoncé la création d’une joint-venture (ou joint-venture) avec Liberty Global au Royaume-Uni, qui a réduit sa dette de 5 000 millions d’euros supplémentaires.

En outre, la société n’a pas encore matérialisé la deuxième phase de la vente des tours d’Europe à American Tower, qu’elle espère avoir lieu en août (comme indiqué le mois dernier), avec laquelle elle prévoit « d’effacer » encore 700 millions de sa dette.

Telefónica publiera ses comptes du deuxième trimestre (et de l’ensemble du premier semestre 2021) le 29 juillet. Ce sera alors quand, comme on pouvait s’y attendre, des chiffres plus concrets sur l’évolution de sa dette, un facteur qui a lourdement pesé sur la valorisation de la société en bourse ces dernières années.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *