July 29, 2021
11 11 11 AM
La technologie et l’innovation sont les piliers du directeur financier en transformation
Facebook avertit désormais si un ami se transforme en extrémiste
Ayuso s’étend à 56 autres secteurs pour fournir une aide directe aux entreprises
Xi prévient lors du centenaire du Parti communiste que la Chine ne sera pas intimidée
Telefónica réduit encore 400 millions de dettes
Bruxelles négocie la clôture de la nouvelle politique agricole commune
L’extrême droite de Le Pen est battue par les régionales françaises
Attaques américaines avec des drones contre les bases de deux groupes pro iraniens
Latest Post
La technologie et l’innovation sont les piliers du directeur financier en transformation Facebook avertit désormais si un ami se transforme en extrémiste Ayuso s’étend à 56 autres secteurs pour fournir une aide directe aux entreprises Xi prévient lors du centenaire du Parti communiste que la Chine ne sera pas intimidée Telefónica réduit encore 400 millions de dettes Bruxelles négocie la clôture de la nouvelle politique agricole commune L’extrême droite de Le Pen est battue par les régionales françaises Attaques américaines avec des drones contre les bases de deux groupes pro iraniens

Bruxelles négocie la clôture de la nouvelle politique agricole commune

Après l’accord politique signé en octobre dernier et celui obtenu ces dernières heures entre la Commission, le Conseil et le Parlement européen, les ministres communautaires de l’agriculture tenteront de clore les négociations pour la réforme de la politique agricole commune (PAC) entre ce Lundi et mardi. ) , qui se sont développées au cours des trois dernières années et dont l’entrée en vigueur a été repoussée de deux ans, jusqu’en 2023.

Si un accord est trouvé, le ministère dirigé par Luis Planas négociera les conditions de son application au cours de la prochaine quinzaine avec les communautés autonomes. , qui doit figurer dans le Plan stratégique en cours d’accord avec les gouvernements régionaux pour soumission à Bruxelles avant la fin de l’année.

Les Vingt-sept s’accordent sur la réforme qui va révolutionner l’agriculture européenne pour la rendre plus écologique
En gros, quatre axes feront la différence dans la nouvelle PAC : le poids plus important de la politique verte, puisqu’elle représente plus de 40 % du budget du fait d’une conditionnalité renforcée ; une impulsion à la politique de redistribution des fonds ; une plus grande simplification de sa gestion ; et l’exigence de vérifier si les actions ont été efficaces, au-delà des contrôles pour déterminer que les dépenses ont été effectuées correctement.

Dans le cas de l’Espagne, la nouvelle PAC disposera de 47 724 millions d’euros pour une pér

iode de sept ans, dont quelque 5 000 millions par an correspondent à des paiements directs, un volume similaire à celui perçu au cours de la période précédente, mais dû à l’effet de l’inflation que le secteur considère inférieure de 10 % .

Selon une étude de l’UE, le total des fonds de la PAC représente 36 % du revenu d’une exploitation et seuls les paiements directs représentent 26 %. Globalement, sur les 5 000 millions de fonds destinés aux paiements directs, les ressources affectées à l’aide au revenu de base représenteront près de 60 %.

L’une des nouveautés les plus importantes est la politique des éco-programmes, des mesures complémentaires qu’un agriculteur ou un éleveur peut exécuter au-delà des exigences en termes de conditionnalité pour recevoir des aides. À ces fins, l’Espagne n’a initialement défendu que 14% et a ensuite rejoint les 20% levés par l’Allemagne. Le Parlement européen a proposé que ce pourcentage atteigne 30 % et qu’il soit finalement de 25 %, ce qui devrait être appliqué progressivement dans deux ou trois ans à partir de 20 %. Pour l’Espagne, cela signifie détourner plus de 1 000 millions d’euros de paiements directs.

En principe, les éco-régimes seraient obligatoires pour tous les pays. En Espagne, des pratiques telles que l’amélioration de la durabilité des pâturages, les systèmes de tonte, les marges, la rotation des cultures, les couvertures végétales, le pâturage extensif, l’agriculture de précision, la gestion des nutriments, les alternatives au brûlage du chaume, l’amélioration et la conservation entreraient. des sols, ensemencement direct ou amélioration de la biodiversité. Le ministre de l’Agriculture d’Aragon, Joaquín Olona, ​​considère qu’elles devraient avoir comme destinataires prioritaires les petites et moyennes exploitations.

Un plafond par bénéficiaire
Dans le cadre de la politique redistributive défendue par l’UE, un plafond de 100 000 euros par pétitionnaire a été négocié avec un ajustement de 25 % à partir de 60 000 euros ; 50 % entre 75 000 et 90 000 euros ; et 80 % à partir de 90 000 euros. Son application sera volontaire dans chaque pays.

Les ministres doivent définir les plafonds de convergence des aides dans le cadre communautaire pour corriger les écarts actuels et on considère qu’il sera de 85 % en 2026. En Espagne, l’Agriculture l’a régulé en établissant que dans la même région le paiement le plus bas en 2021 elle doit dépasser 70 % de la moyenne régionale pour atteindre 80 % en 2022, des mesures qui ont été à l’origine de protestations dans certains territoires.

L’objectif officiel est qu’un agriculteur facture la même chose qu’un autre pour la même activité. Le pourcentage des fonds à appliquer dans la politique de redistribution et le pourcentage maximum à passer d’un pilier à l’autre, paiements directs et développement rural, doivent être décidés.

Les aides à l’insertion des jeunes dans l’activité agricole, qui représentent actuellement jusqu’à 2% des fonds, vont s’améliorer en devant atteindre “au moins” ces 2%, avec un plafond de 100 000 euros.

Une porte ouverte au débat de dernière minute est l’exigence de conditionnalité sociale et le respect des règles d’embauche de main-d’œuvre pour percevoir les aides. Concernant la définition de l’agriculteur bénéficiaire prioritaire de l’aide, les propositions prévoient la nécessité que les revenus de l’activité représentent au moins entre 20 et 30 % de leur revenu total. Le nombre des premiers hectares d’une exploitation doit être défini avec une aide plus élevée.

Le Coordonnateur des Organisations d’agriculteurs et d’éleveurs (COAG) exige le maintien de la priorité dans les paiements pour les professionnels. Il soutient également la politique environnementale, mais craint qu’avec les approches actuelles de politique verte, de réduction des engrais, des produits phytosanitaires, des antibiotiques ou de surface plus écologique, l’autosuffisance alimentaire même de l’UE, qui a été défendue par la PAC initiale du dernier siècle, est mis en danger. , dans un scénario de pénurie alimentaire mondiale. En attendant, souligne-t-il, il existe une barre ouverte pour les importations en provenance de pays avec moins de contrôles et d’autres exigences de qualité, ce qui met en danger la viabilité des exploitations familiales par rapport aux grands groupes.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *